Journal article

Carbapenemase-producing Enterobacteriaceae: Overview of a major public health challenge

  • Nordmann, Patrice INSERM U914 “Emerging Resistance to Antibiotics”, Faculté de Médecine Paris Sud, K. -Bicêtre, France - Medical and Molecular Microbiology, Department of Medecine, Faculty of Science, University of Fribourg, Switzerland
    01.02.2014
Published in:
  • Médecine et Maladies Infectieuses. - 2014, vol. 44, no. 2, p. 51–56
English French Bacterial resistance to antibiotics has become a major source of concern for public health. Enterobacteriaceae are among the most common human pathogens, causing community-acquired as well as hospital-acquired infections. Carbapenem-resistant Enterobacteriaceae have been increasingly reported worldwide since their first identification more than 20 years ago. Three main classes of carbapenemases have been identified: Ambler class A beta-lactamase (KPC), class B (metallo-enzymes), and class D (OXA-48 type). Klebsiella pneumoniae carbapenemases (KPC) was first reported in the United States in the late 1990s and since then worldwide, with a marked endemicity in the United States, Greece, and now Italy. Carbapenemase NDM-1 (New Delhi metallo-beta-lactamase-1) is one of the most recently reported metallo-enzymes. It has spread widely in the Indian sub-continent and now worldwide. Carbapenemases of the oxacillinase-48 type (OXA-48) have been identified mostly in Mediterranean and southern European countries with a rapid spread. An early and quick identification of carbapenemase-producing infected patients, but also of carriers, is mandatory to prevent the spread of these highly resistant pathogens. The early identification of carriers and implementing of cohorting strategies is the only means to prevent nosocomial outbreaks caused by carbapenemase, with very few, if any, therapeutic options. La résistance bactérienne aux antibiotiques est d’incidence croissante notamment parmi les entérobactéries qui sont les bactéries pathogènes les plus fréquentes pour l’Homme et sont la source de nombreuses infections communautaires et nosocomiales. Des entérobactéries résistantes aux carbapénèmes ont été rapportées avec une fréquence croissante dans le monde depuis leur première description il y a plus de 20 ans. Trois principales classes de carbapénémases ont été décrites : classe A (KPC), classe B (métallo-enzymes) et classe D (OXA-48). Depuis leur première description aux États-Unis à la fin des années 1990, les carbapénémases Klebsiella pneumoniae (KPC) ont été observées sur les cinq continents. La plus forte endémicité se situe aux États-Unis, en Grèce, et plus dernièrement en Italie. Parmi les carbapénémases du groupe des métallo-enzymes, New Delhi metallo-beta-lactamase-1 (NDM-1) est de description plus récente. Elle a une prévalence très élevée dans l’ensemble du sous-continent indien. Les carbapénémases de type oxacillinase-48 (OXA-48) ont été rapportées essentiellement dans le pourtour de la Méditerranée et en Europe du Sud où leur diffusion est particulièrement rapide. Pour prévenir l’extension de la diffusion de ces bactéries pathogènes multirésistantes, l’identification précoce et rapide des sujets infectés, mais aussi des patients porteurs, devient une nécessité. Elle permet la mise en œuvre d’une stratégie d’isolement par cohorting qui représentent l’unique moyen d’éviter la propagation d’épidémies nosocomiales causées par des souches productrices de carbapénémases, pour lesquelles les possibilités thérapeutiques sont limitées.
Faculty
Faculté des sciences et de médecine
Department
Médecine 3ème année
Language
  • English
Classification
Clinical medicine
License
License undefined
Identifiers
Persistent URL
https://folia.unifr.ch/unifr/documents/303731
Statistics

Document views: 15 File downloads:
  • nor_cpe.pdf: 1