Doctoral thesis

Mental Health of the University Students in India and Switzerland : A Cross-Cultural Investigation of the Interaction Between Physical Pain and Reward-Related Processes

SPR

  • Fribourg (Switzerland), [2023]

1 ressource en ligne (128 pages) ; 1 fichier pdf

Thèse: Université de Fribourg (Suisse), 2023

English French University students are particularly vulnerable to mental health problems, while physical pain has become a major health issue in this population. Around 54% of university students report physical pain each year worldwide; in India, the proportion ranges from 29−81%. Previous studies evidenced that physical pain leads to lower quality of life, lower academic performance, and reduced general work productivity. It also impairs the reward processes and the motivation to obtain a reward, which weakens academic performance. Studies of people with chronic pain conditions identified mental health markers such as PTSD, depression, anxiety, and stress as additional risk factors, whereas protective factors like selfefficacy and social support diminish the pain experienced. Would these interactions between physical pain and mental health, and more specifically between physical pain and reward processing, be the same in a sub-clinical population of university students? And would they vary according to the cultural context ? To address these questions, this dissertation explores the frequency of physical pain symptoms in subclinical populations of university students in both Switzerland and India. Research on this subject has been conducted in European countries and the United States, but rarely in Southeast Asia. We hope to yield new insights to suggest that changes in the reward-pain interaction can be identified in the subclinical population and therefore provide information about the effect of pain on the processing of reward, avoiding the limitations induced by medication and treatments. We also hope to evidence the relationship between specific mental health markers (i.e., depression, anxiety, PTSD symptoms, perceived stress), specific protective factors (i.e., social support and self-efficacy), and physical pain among university students in two different cultures, using network analysis. Our results show a significant correlation between mood responses and monetary wins (amount won) in the Swiss control group (students without physical pain symptoms); this was not observed in the sub-clinical group (students with physical pain symptoms). Interestingly, in India, there was no significant correlation between mood ratings and monetary wins, in either of the two groups. We found no significant difference in the association between mental health markers and protective factors related to physical pain in the two countries. In Switzerland and India PTSD, symptoms are prominent. In summary, our results suggest that pain-related impairment can also be observed in a sub-clinical population. However, this might not be a universal phenomenon. It can vary across different cultures. Our results indicate that mental health markers are similar in both countries, and these mental health markers and protective factors are related to the high frequency of physical pain symptoms among students in both countries. Therefore, designing an intervention, keeping in mind the mental health markers and protective factors, might lead to the reduction of physical pain symptoms in India and Switzerland. Les étudiants universitaires sont particulièrement vulnérables aux problèmes de santé mentale et la douleur physique est devenue un problème de santé majeur dans cette population. Environ 54% des étudiants universitaires font état de douleurs physiques chaque année dans le monde ; en Inde, la proportion varie de 29 à 81%. Des études ont montré que la douleur physique entraîne une baisse de la qualité de vie, des résultats scolaires et de la productivité au travail en général. Elle entrave également les processus de récompense et la motivation à obtenir une récompense ce qui compromet les performances académiques. Des études portant sur des personnes souffrant de douleurs chroniques ont identifié des marqueurs de santé mentale, notamment le TSPT, la dépression, l'anxiété et le stress, comme des facteurs de risque supplémentaire, alors que des facteurs de protection tels que l'auto-efficacité et le soutien social diminuent la douleur ressentie. Ces interactions entre douleur physique et santé mentale, et plus spécifiquement entre la douleur physique et le processus de récompense, seraient-elles les mêmes dans une population subclinique d'étudiants universitaires ? Et varieraient-elles en fonction du contexte culturel ? Pour répondre à ces questions, cette thèse explore la fréquence des symptômes de douleur physique dans des populations subcliniques d'étudiants universitaires en Suisse et en Inde. Des recherches en la matière ont été menées dans des pays européens et aux États-Unis, mais rarement en Asie du Sud-Est. Nous espérons obtenir de nouvelles informations suggérant que des changements dans l'interaction récompense-douleur peuvent être identifiés dans la population subclinique, ce qui pourraient fournir des indications quant à l'effet de la douleur sur le traitement de la récompense, en évitant les limitations
induites par les médicaments et les traitements. Nous espérons également mettre en évidence, à l'aide d'une analyse de réseau, la relation entre des marqueurs spécifiques de la santé mentale (dépression, anxiété, symptômes de stress post-traumatique, stress perçu), des facteurs de protection spécifiques (soutien social et auto-efficacité) et la douleur physique chez des étudiants universitaires des deux cultures. Nos résultats montrent une corrélation significative entre réponses d’humeur et gains monétaires (montant gagné) dans le groupe de contrôle suisse (étudiants sans symptômes de douleur physique) ; cette corrélation n'a pas été observée dans le groupe subclinique (étudiants présentant des symptômes de douleur physique). Il est intéressant de noter qu'en Inde, dans les deux groupes, il n'y avait pas de corrélation significative entre les réponses d’humeur et les gains monétaires. Nous n'avons pas trouvé de différence significative dans l'association entre les marqueurs de santé mentale et les facteurs de protection liés à la douleur physique, dans les deux pays. En Suisse et en Inde, les symptômes de stress posttraumatique sont prédominants. En résumé, nos résultats suggèrent que des difficultés liées à la douleur peuvent également être observés dans une population subclinique. Toutefois, il ne s'agit peut-être pas d'un phénomène universel, puisqu’il peut varier d'une culture à l'autre. Nos résultats indiquent que les marqueurs de santé mentale sont similaires dans les deux pays, et que ces marqueurs et les facteurs de protection sont liés à la forte fréquence des symptômes de douleur physique chez les étudiants des deux pays. Par conséquent, une intervention qui tiendrait compte des marqueurs de santé mentale et des facteurs
de protection pourrait permettre de réduire des symptômes de douleur physique, et ce aussi bien en Inde et qu’en Suisse.
Faculty
Faculté des lettres et des sciences humaines
Language
  • English
Classification
Psychology
Notes
  • Bibliographie
License
License undefined
Open access status
gold
Identifiers
Persistent URL
https://folia.unifr.ch/unifr/documents/325917
Statistics

Document views: 22 File downloads:
  • TandonT.pdf: 13