Doctoral thesis

Interactions policières et communication interculturelle : un défi pour la formation des adultes

SPR

  • Fribourg, Suisse, [2021]

1 ressource en ligne (209 pages) ; 1 fichier pdf

Thèse: Université de Fribourg (Suisse), 2021

French Cette recherche s’appuie sur une enquête de terrain aux côtés de policières et de policiers. Elle a pour objectif de comprendre la construction du sens dans les interactions policières en contexte d’interculturalité, puis à partir de cette compréhension, de dégager des actions de formation pour soutenir le travail des agentes et agents dans ce contexte. Cette recherche aborde l’expérience des policières et des policiers, ainsi que les interactions policières par une double entrée : la sémiopragmatique de communication interculturelle (Frame, 2013) et l’activité en formation des adultes (Barbier, 2013 ; Durand, 2009). Ces deux approches sont complémentaires dans la mesure où elles interrogent les interactions sur le lieu de travail.
Il ressort des analyses que les interactions policières engagent des négociations identitaires potentiellement conflictuelles fondées sur des auto- et hétérocatégorisations, tant du côté des agentes et agents de police que des personnes interpellées. La singularité de cette recherche est de montrer que les négociations identitaires s’articulent également sur le fond d’une légitimation des pratiques policières. Dans les discours sur les activités policières, on retrouve à la fois la construction du sens de l’intervention, mais aussi les constructions identitaires du groupe policier (Nous) en contraste des groupes d’Autres (Eux). Les agentes et agents de police développent leur propre lexique d’intervention sur autrui qui sert à définir des publics cibles et à mobiliser les moyens de cette intervention. Ce vocabulaire contient des catégorisations sociales liées à des catégories de délits ou à des secteurs d’activités. Dans les cas de délits, plus l’infraction est jugée sérieuse, plus le travail est jugé de qualité. Dès lors, lorsque les catégorisations sociales sont associées à des catégories de délits, l’association joue à la fois comme un moyen de repérer les infractions et comme moyen de faire du « bon boulot ». Aborder les interactions policières et les processus de catégorisation en formation est ainsi délicat, car bien au-delà des catégorisations sociales se joue la définition de l’être policier et d’un travail de qualité.
En formation et dans l’interaction, la prise en compte des variations culturelles est nécessaire pour développer une communication pleinement consciente de ses propres comportements. Toutefois, la différenciation sociale devient problématique lorsqu’elle se joue en situation d’inégalité de pouvoir et que la catégorisation des Autres est constituée comme moralement inférieure (altérisation). « Comment veux-tu ne pas devenir raciste ? » a demandé un policier. Cette recherche investigue les rapports entre communication, culture et identité pour donner des pistes de réponse à cette question complexe.
Faculty
Faculté des lettres
Language
  • French
Classification
Education, teaching
License
License undefined
Open access status
gold
Identifiers
Persistent URL
https://folia.unifr.ch/unifr/documents/319901
Statistics

Document views: 93 File downloads:
  • CettouL.pdf: 40