Doctoral thesis

Moving towards the understanding of dynamic human face processing

    2018

1 ressource en ligne (255 p.)

Thèse de doctorat: Université de Fribourg, 2018

English French The human visual system is steadily stimulated by dynamic cues. Faces provide crucial information about identity, gender, ethnicity, speech, attention, eye-gaze direction, or emotions, all important for adapted social interactions. From an evolutionary perspective, humans have been more extensively exposed to dynamic faces, as static face images have only appeared recently with the advent of photography and the expansion of digital tools and social networks. Yet, most studies investigating face perception have relied on static faces and only a little is known about the mechanisms involved in dynamic face processing. To clarify this issue, this thesis aimed to use dynamic faces to investigate different aspects of face processing in different populations and age groups. In Study 1, we used dynamic faces to investigate whether the ability of infants aged 6, 9, and 12 months in matching audible and visible attributes of gender is influenced by the use of adult-directed (ADS) vs. infant-directed (IDS) speech. Our results revealed that from 6 months of age, infants matched female but not male faces and voices when presented with adult-directed speech. This ability emerged at 9 months of age when presented with infant-directed speech. Altogether, these findings support the idea that the perception of multisensory gender coherence is influenced by the very nature of social interactions. In Study 2, we used a novel 4D technique to reconstruct the dynamic internal representations of the six basic expressions in a pure case of acquired prosopagnosia (i.e., a brain-damaged patient severely impaired in recognizing familiar faces). This was done in order to re-examine the debated issue of whether identity and expression are processed independently. Our results revealed that patient PS used all facial features to represent basic expressions, contrasting sharply with her suboptimal use of facial information for identity recognition. These findings support the idea that different sets of representations underlie the processing of identity and expression. We then examined patient PS’s ability to recognize static and dynamic expressions using her internal representations as stimuli. Our results revealed that she was selectively impaired in recognizing many of the static expressions; an impairment that could be explained by her specific set of lesions in the right inferior occipital gyrus. In contrast, she displayed maximum accuracy in recognizing all the dynamic emotions with the exception of fear. The latter findings support recent evidence suggesting that separate cortical pathways, originating in early visual areas and not in the inferior occipital gyrus, are responsible for the processing of static and dynamic face information. Altogether, our findings suggest that the temporal properties of human facial expressions influence their processing, particularly in fragile face processing systems, questioning the evidence obtained by neuropsychological studies investigating expression recognition with static images only. Moving on from our second study, in Study 3, we investigated whether dynamic cues offer processing benefits for the recognition of facial expressions in other populations with fragile face processing systems; for instance, young children whose systems are yet to fully mature or elderly people whose systems are declining. To this aim, we conducted a large sample cross-sectional study with more than 400 participants aged between 5 to 96 years, investigating their ability to recognize the six basic expressions presented under different temporal conditions. Consistent with previous studies, our findings revealed the highest recognition performance for happiness, regardless of age and experimental condition, as well as marked confusions among expressions with perceptually similar facial signals (e.g., fear and surprise). By using Bayesian modelling, our results further enabled us to quantify, for each expression and condition individually, the steepness of increase and decrease in recognition performance, as well as the peak efficiency, the point at which observers’ performance reaches its maximum before declining. Finally, our results offered new evidence for a dynamic advantage for facial expression recognition, stronger for some expressions than others and more important at specific points in development. Overall, the results highlighted in this thesis underlie the critical importance of research featuring dynamic stimuli in face perception and expression recognition studies; not only in the field of prosopagnosia, but also in other domains of developmental and clinical neuroscience. Les visages animés que nous voyons quotidiennement fournissent des informations cruciales sur les expressions émotionnelles d’autrui, la direction de l’attention ou du regard, toutes déterminantes pour des interactions sociales adaptées. Au cours des dernières décennies, la plupart des études investiguant la reconnaissance des visages ont utilisé des photographies statiques. Or dans notre environnement naturel, les visages et leurs expressions émotionnelles sont des phénomènes dynamiques qu’il est difficile de communiquer écologiquement avec des images statiques. Les visages dynamiques auxquels nous sommes constamment exposés sont plus riches et plus réalistes et ils permettent de transmettre plus finement et naturellement les sentiments, émotions et intentions d’autrui. Cette exposition quotidienne et répétée à des visages en mouvement pourrait-elle avoir un effet sur notre système visuel, favorisant le traitement de stimuli dynamiques au détriment des statiques ? Afin d’éclairer cette problématique, les recherches présentées dans cette thèse avaient pour but d’utiliser des stimuli dynamiques pour étudier différents aspects du traitement des visages à travers plusieurs groupes d’âge et populations. Dans notre première recherche, nous avons utilisé des visages animés pour voir si la capacité de nourrissons âgés de 6-, 9- et 12 mois à associer des attributs audibles et visibles à un genre est influencée par l'utilisation d’un discours de type adulte (ADS) par opposition à un langage de type enfantin (IDS). Nos résultats ont montré qu’à partir de 6 mois, lorsqu'ils étaient soumis à un discours de type adulte, les nourrissons associaient les voix et visages de femmes, mais pas d’hommes. Par contre, lorsqu'ils étaient confrontés à un langage de type enfantin, cette capacité apparaissait seulement à l'âge de 9 mois. Ces premiers résultats soutiennent l'idée selon laquelle le développement de la perception multisensorielle chez les nourrissons est influencé par la nature même des interactions sociales. Dans notre deuxième recherche, nous avons utilisé une nouvelle technique 4D pour reconstruire les représentations mentales des six émotions de base d’une patiente présentant un cas unique et pure de prosopagnosie acquise (i.e., une incapacité à reconnaître les visages), afin de réexaminer une question bien débattue, à savoir si les modules cérébraux sous-jacents à la reconnaissance de l’identité et des expressions faciales sont séparés ou communs. Les résultats ont montré que notre patiente a utilisé toutes les caractéristiques faciales pour identifier les émotions de base, ce qui contraste fortement avec son utilisation déficitaire de l'information faciale pour la reconnaissance de l’identité. Ces résultats confortent l’idée selon laquelle différents systèmes de représentations sous-tendent le traitement de l'identité et de l'expression. Par la suite, nous avons pu démontrer que notre patiente était capable de reconnaître adéquatement les expressions émotionnelles dynamiques, mais pas les émotions statiques provenant de ses propres représentations internes. Ces résultats qui pourraient être expliqués par un ensemble spécifique de lésions dans son gyrus occipital inférieur droit, soutiennent l’idée selon laquelle le traitement des stimuli statiques et dynamiques se produit dans des régions cérébrales différentes. Finalement, notre étude souligne l’importance de l’utilisation de stimuli dynamiques dans la recherche, notamment chez des patients cérébro-lésés, et questionne les résultats obtenus par d’autres travaux étudiant la reconnaissance des expressions uniquement avec des stimuli statiques. Dans notre troisième recherche, nous avons investigué si d'autres populations ayant un système visuel neurologiquement fragile ou en développement bénéficient également de la présentation d’expressions dynamiques. Nous avons demandé à plus de 400 sujets âgés de 5 à 96 ans de catégoriser les six expressions de base en versions statique, dynamique ou bruitée. En utilisant un modèle Bayésien, nos résultats nous ont permis de quantifier la pente d'amélioration et de déclin pour chaque expression dans chaque condition, ainsi que d'estimer l'âge auquel l’efficacité est maximale. En résumé, nos résultats montrent la supériorité des stimuli dynamiques dans la reconnaissance des expressions faciales, de manière plus marquée pour certaines expressions que d'autres et de façon plus importante à certains moments spécifiques du développement. Dans l'ensemble, les résultats de cette thèse soulignent l'importance d’investiguer la reconnaissance des visages avec des stimuli dynamiques, non seulement en neuropsychologie, mais aussi dans d'autres domaines des neurosciences développementales et cliniques.
Faculty
Faculté des lettres
Language
  • English
Classification
Psychology
Notes
  • Ressource en ligne consultée le 19.03.2018
License
License undefined
Identifiers
Persistent URL
https://folia.unifr.ch/unifr/documents/306562
Statistics

Document views: 52 File downloads:
  • RichozAR.pdf: 1