Doctoral thesis

L'effet du bilinguisme sur la mémoire de travail : comparaisons avec des monolingues et étude du changement de langue dans des tâches d'empan complexe

    2015

1 ressource en ligne (188 p.)

Thèse de doctorat: Université de Fribourg, 2015

English French The aim of this thesis was to study the effect of bilingualism and language switching on working memory capacity. Research in bilingualism and cognition highlighted that both languages from a bilingual individual are always activated (e.g., Hoshino & Kroll, 2008). According to the Inhibition Control model (Green, 1998), a bilingual person has to inhibit the language not required in order to speak in the wished language. Bialystok and her colleagues (e.g., Bialystok, Craik, Klein, & Viswanathan, 2004; Bialystok & Martin, 2004; Bialystok & Senman, 2004) proposed that this inhibition mechanism was the same used in attentional control. The later is handled by executive functions, the main ones being inhibition, shifting and updating (Miyake et al., 2000). Thus, Bialystok et al. (2004) found a better performance in bilinguals compared to monolinguals in a task measuring inhibition. However, these results were not replicated when socioeconomic status was measured (Morton & Harper, 2007). Other researchers found a bilingual advantage in tasks measuring executive functions (e.g., Bonifacci, Giombini, Bellocchi, & Contento, 2010; Carlson & Meltzoff, 2008; Costa, Hernández, & Sebastián-Gallés, 2008; Engel de Abreu, Cruz-Santos, Tourinho, Martin, & Bialystok, 2012). In the first chapter of this thesis, we compared bilinguals with monolinguals on a working memory task, as working memory requires the use of executive functions (e.g., Baddeley, Della Sala, Robbins, & Baddeley, 1996; Miyake & Shah, 1999). We measured the socioeconomic status of participants. Indeed, socioeconomic status correlates with executive control performances (e.g., Farah et al., 2006; Mezzacappa, 2004) and working memory capacity (e.g., Lee, Kawachi, Berkman, & Grodstein, 2003). College and apprenticeship students performed a working memory task. Concerning socioeconomic status, college students significantly scored higher than apprenticeship students. Results from the working memory tasks were similar in college students. However, concerning apprenticeship students, the bilinguals performed significantly better than their monolingual peers. We concluded that bilingualism had a positive effect on working memory capacity for participants from a modest socioeconomic status. The similar results from monolingual and bilingual college students correspond to the positive link between socioeconomic status and working memory capacity highlighted by Lee et al. (2003). In Chapters II and III, we investigated the cognitive cost caused by the language switching within a working memory task in bilinguals. In Chapter II, participants performed a complex span task measuring working memory capacity. This task consisted of recalling a series of items in the order of presentation. The nature of the items, digits or words, varied according to the experiment. Between the presentation of each item to maintain, participants performed a concurrent task orally, consisting of naming items that appeared on the screen. We also varied the nature of the items (shapes, digits or colors) in the different experiences we carried. Participants completed several linguistic conditions. There were conditions in which the maintenance and concurrent task were in the same language (the dominant language, L1 vs the second language, L2). There were also conditions in which the maintenance task was in a language and the concurrent task in the other, and vice-versa. The nature of the items influenced the recall performance. Thus, when digits had to be maintained, the recall was better in one-language conditions. However, performance was similar when recall was in L1 compared to L2. When participants had to recall words, recall was better in L1 compared to L2. Though, there was no significant difference between one-language and two-language conditions. We explained this difference by the possible strategy of encoding according the nature of the items to maintain. In Chapter III, participants performed a reading span task (Daneman & Carpenter, 1980). This task consists of reading a series of sentences and maintaining the last word of each sentence to recall at the end of a series. We designed a multilingual reading span, in which participants read and maintained in one or two languages, in three possible languages according to conditions: German (L1), French (L2), both learned before the age of 10, and English, learned after the age of 10. Results showed a higher recall when sentences were entirely in L1, compared to two-language conditions. There was no significant difference between conditions entirely in L2 and L3 and two-language conditions L1L2 and L1L3. We proposed that results were different from experiments from the Chapter II because of the different nature of the concurrent task, i.e. reading an entire sentence, lexical intrusions of words of the sentences to read being more important. In Chapter IV, we carried a descriptive study of bilinguals from the Université de Fribourg. We were interested in the acquisition and use of their languages. We used the Language Experience and Proficiency Questionnaire (LEAP-Q ;Marian, Blumenfeld, & Kaushanskaya, 2007). This validated questionnaire allowed classifying participants in two bilingual profiles. Indeed, a statistical analysis highlighted that the nature of the use of both languages could divide bilinguals in two distinct categories. First, a group speaking one language at home and the other in their outside environment. Second, a group speaking both languages in each environment. Le but de cette thèse était d’étudier l’effet du bilinguisme et du changement de langues dans des tâches de mémoire de travail. La recherche sur le bilinguisme et la cognition a mis en évidence que les deux langues d’un bilingue étaient toujours activées (e.g., Hoshino & Kroll, 2008). Selon le modèle de l’inhibition de Green (1998), un bilingue qui souhaite s’exprimer dans une langue doit désactiver l’autre langue en utilisant un mécanisme de contrôle appelé l’inhibition. Bialystok et ses collègues (e.g., Bialystok, Craik, Klein, & Viswanathan, 2004; Bialystok & Martin, 2004; Bialystok & Senman, 2004) ont émis l’hypothèse que ce mécanisme était le même que celui utilisé pour le contrôle de l’attention de manière générale. Le contrôle de l’attention est assuré par des fonctions exécutives, dont les principales sont l’inhibition, le shifting et l’updating (Miyake et al., 2000). Ainsi, Bialystok et al. (2004) ont mis en évidence de meilleurs résultats de bilingues comparés à des monolingues sur une tâche mesurant l’inhibition. Néanmoins, ces résultats n’ont pu être répliqués lorsque le statut socioéconomique de participants issus d’une même culture a été mesuré (Morton & Harper, 2007). D’autres chercheurs ont trouvé une supériorité des bilingues dans des tâches mesurant d’autres fonctions exécutives (e.g., Bonifacci, Giombini, Bellocchi, & Contento, 2010; Carlson & Meltzoff, 2008; Costa, Hernández, & Sebastián-Gallés, 2008; Engel de Abreu, Cruz-Santos, Tourinho, Martin, & Bialystok, 2012). Dans le premier chapitre de cette thèse, nous avons comparé des bilingues et des monolingues sur une tâche de mémoire de travail, dont le fonctionnement requiert l’utilisation de fonctions exécutives (e.g., Baddeley, Della Sala, Robbins, & Baddeley, 1996; Miyake & Shah, 1999). Nous avons mesuré et pris en compte le statut socio-économique des participants. En effet, le statut socio-économique corrèle avec les performances de contrôle exécutif (e.g., Farah et al., 2006; Mezzacappa, 2004) et la capacité de mémoire de travail (e.g., Lee, Kawachi, Berkman, & Grodstein, 2003). Nous avons fait passer une tâche de mémoire de travail à des étudiants universitaires et des apprentis. Concernant le statut socio-économique, nous avons mesuré chez les premiers un indice significativement plus élevé. Les résultats à la tâche de mémoire de travail n’étaient pas significativement différents chez les étudiants universitaires. En revanche, les apprentis bilingues ont obtenu un score significativement plus élevé que les apprentis monolingues. Nous en avons conclu que le bilinguisme avait un effet positif sur la capacité de mémoire de travail pour des participants au niveau socio-économique modeste. Les résultats similaires des étudiants universitaires monolingues et bilingues, ayant été sélectionnés pour leurs bonnes capacités cognitives, correspondent au lien positif entre statut socio-économique et capacité de mémoire de travail mis en évidence par Lee et al. (2003). Dans les Chapitres II et III, nous nous sommes intéressés au coût cognitif engendré par le changement de langues durant une tâche de mémoire de travail chez des bilingues. Dans le Chapitre II, les participants devaient effectuer une tâche d’empan complexe mesurant la capacité de mémoire de travail. Cette tâche consistait à mémoriser dans l’ordre de présentation des séries d’items, dont la nature pouvait varier selon l’expérience. Il pouvait s’agir de chiffres ou de mots. Entre la présentation de chaque item, les participants devaient effectuer oralement une tâche concurrente, qui consistait à nommer des items apparaissant à l’écran. Nous avons également fait varier la nature de ces items (formes, chiffres ou couleurs) dans les différentes expériences menées. Les participants devaient compléter plusieurs conditions linguistiques. Des conditions dans lesquelles la tâche de rappel et la tâche concurrente étaient dans une même langue (le langage dominant, L1 vs la deuxième langue, L2), ainsi que des conditions dans lesquelles ils effectuaient la tâche de rappel dans une langue et la tâche concurrente dans l’autre. La nature des items à mémoriser a influencé la performance de rappel. Ainsi, lorsque les items à mémoriser étaient des chiffres, le rappel était meilleur dans les conditions comportant une seule langue. La performance était néanmoins similaire lorsque le rappel était en L1 comparé à L2. Lorsqu’il s’agissait de mémoriser des mots, le rappel était meilleur lorsque la tâche était entièrement en L1 comparé à la tâche entièrement en L2. En revanche, il n’y avait pas de différence significative de rappel entre les conditions comportant une et deux langues. Nous avons expliqué ces différences par la stratégie d’encodage possible selon la nature des items à mémoriser. Dans le Chapitre III, les participants ont effectué un reading span (Daneman & Carpenter, 1980). Cette tâche consiste à lire une série de phrases et à mémoriser le dernier mot de chaque phrase à rappeler à la fin d’une série. Nous avons créé un reading span multilingue, dans lequel les participants pouvaient avoir à lire et mémoriser des contenus dans une ou deux langues selon les conditions, cela parmi trois langues possibles : l’allemand (L1) et le français (L2), appris avant l’âge de 10 ans et l’anglais (L3), appris après l’âge de 10 ans. Les résultats ont montré que le rappel des mots était plus élevé lorsque la série de phrases était entièrement en L1, comparé aux conditions qui comportaient deux langues. Il n’y avait pas de différence significative entre les conditions entièrement en L2 ou en L3 et les conditions à deux langues L1L2 ou L1L3. Nous proposons d’expliquer ces résultats différents de ceux du Chapitre II par la nature différente de la tâche concurrente, i.e. la lecture d’une phrase entière, les intrusions lexicales des mots de la phrase à lire étant plus importantes. Dans le quatrième et dernier chapitre, nous avons mené une étude descriptive des bilingues de l’Université de Fribourg, dont sont issus un bon nombre des participants de nos expériences. Nous nous sommes intéressés à l’acquisition et l’usage de leurs langues. Pour ce faire, nous avons utilisé le Language Experience and Proficiency Questionnaire (LEAP-Q ; Marian, Blumenfeld, & Kaushanskaya, 2007). Ce questionnaire a permis d’établir deux profils distincts de bilingues. En effet, une analyse statistique a mis en évidence que la nature de l’utilisation actuelle de leurs deux langues pouvait diviser les bilingues en deux groupes distincts. Premièrement, un groupe qui parle une langue dans son cadre privé et une autre à l’extérieur. Deuxièmement, un groupe qui parle les deux langues dans chaque environnement qu’il fréquente.
Faculty
Faculté des lettres
Language
  • French
Classification
Psychology
Notes
  • Ressource en ligne consultée le 07.01.2016
License
License undefined
Identifiers
Persistent URL
https://folia.unifr.ch/unifr/documents/304752
Statistics

Document views: 99 File downloads:
  • PerriardB.pdf: 10